Jours fériés du mois de mai : la France prend sa pause...

Un entraînement avant le mois d’août...

 1er mai, la fête du travail, avec 5,6 millions de chômeurs

Fêtons le travail, car bien peu d’entre nous en avons. Avec plus de 5,5 millions de chômeurs cette fête du travail est bien ironique. D’ailleurs, pour fêter le travail, justement, nous ne travaillons pas ce jour-là.

 17 jours travaillés au mois de mai 2015

Ce mois de mai 2015 est particulièrement généreux avec seulement 17 travaillés. Car cette année, les 1er et 8 mai se blottissent près du week-end et offrent automatiquement, en plus du lundi de Pentecôte et du jeudi de l’Ascension, une savoureuse parenthèse de trois jours.

 Des jours fériés, l’économie du pays est au ralenti

Le Medef réclame la suppression de deux journées fériées, arguant de leur effet néfaste sur l’économie. L’organisation patronale assure que la petite manipulation calendaire créerait pas moins de 100 000 emplois. « En tant que chef d’entreprise, je trouve que c’est un mois difficile pour mobiliser les équipes avec des semaines de quatre jours », estime Laurent Salanié, dirigeant du site de réservations touristiques Weekendesk. Il devrait pourtant se frotter les mains avec des réservations en hausse de 27 % par rapport à 2014. Cette année un vendredi, les 1er et 8 mai n’obligent pas à poser une journée de RTT pour faire le pont et permettent plus aisément les départs prolongés. « Globalement, la demande augmente de 80 % ces week-ends-là par rapport à un week-end lambda », estime le professionnel du tourisme, alors que de nombreux Parisiens filent vers la Normandie et les habitants de la région Paca en profitent pour goûter les premiers instants sur la plage. « Mais, malgré la demande, il y a quand même une saturation avec tous ces week-ends prolongés en un seul mois : les Français ne partent pas quatre fois d’affilée, l’idée serait de les étaler le long de l’année.  »